#digitalisation #magasin #jardin #jardinerie #jardinier #rayonjardin #tablette #smartphone #retail #

Inutile de revenir là-dessus, le confinement et les suites de cette pandémie ont fait changer les habitudes de consommation. Nous voilà tous accros à nos smartphones et autres tablettes pour trouver les solutions à distance !

Télétravail ?

Le processus s’est accéléré… Normal ! S’il est prudent de ne pas sortir de chez soi, toutes les informations dont nous avons besoin, nous allons les chercher sur les sites de vente en ligne et sur nos outils internet.

Pour communiquer c’est pareil, le développement des applications de réunion comme Zoom, Go To Meeting et tant d’autres, nous ont permis d’accélérer le télétravail.

L’instinct grégaire de l’homme n’a pas disparu pour autant et son envie de partager en groupe encore moins… Ce qui a changé, c’est l’interdiction physique de se croiser ! Et là, c’est du bonheur pour les machines qui vont prendre le relais.

Nous allons donc tous communiquer avec le filtre d’un appareil connecté, il va falloir s’en faire une raison.

4 bras ?

En magasin, on l’avait vu arriver, mais maintenant, c’est devenu une réalité.  Les retardataires pourraient se retrouver « déconnectés » rapidement.

On en parle depuis longtemps dans la distribution organisée. C’est vrai qu’avec les informations et les taches que l’on demande aux vendeurs, on a intérêt à les équiper d’un second cerveau pour tout enregistrer.

Pensez donc, outre l’aspect physique : tenir le magasin propre, être présent, faire le facing, ranger les rayons… On leurs demande aussi de gérer le stock, de le connaître, d’anticiper les ruptures… Tout cela en tenant compte des clients et en connaissant la gamme, les dimensions et les prix des produits par cœur… Ajoutez à cela la maitrise des services et des spécificités de l’enseigne, et nous voilà contraint de trouver un Superman à chaque poste. Et payé au minimum, cela va de soi 🥴!

« Ouais ben, j’ai pas 4 bras d’une part, j’ai pas 4 cerveaux d’autre part !!!! », vous diront les personnes concernées.

Smartphone

Le smartphone spécifique à l’entreprise fait donc son entrée dans les poches des vendeurs pour les aider à s’organiser au mieux, ou au moins pire, c’est selon.

Les initiatives abondent dans ce sens.

Nous devons avoir toutes les informations dans la poche. Cela sous-entend une organisation sans faille en amont. L’anticipation se doit d’être présente à tous les étages de la fusée. En plus du site internet avec les fiches produits, nous devons retrouver le stock, les prix, les commandes en cours et toutes ces petites choses agréables qui régissent la vie d’un point de vente.

Comme les grands !

Les gros mastodontes de la distribution ont réagi et on peut compter sur eux pour nous ouvrir les voies.

Dans le jardin, le petit village gaulois qui résiste encore et toujours à la mutualisation, c’est un peu plus dur. Si l’on est paysagiste, producteur ou jardinerie indépendante… Cette histoire coûte une blinde et on est sûr d’y consacrer une grande partie de son temps.

Pendant le confinement, les plus petits d’entre nous ont découvert le click and collect. On se débrouille au début avec des échanges de mails avec le client, et puis on se dit qu’il serait temps de retrouver les produits sur un site avec photos et prix. Oui mais si c’est en rupture… Ben faut ajouter le stock… Etcetera… Et vous voilà parti dans l’engrenage indispensable du data à tout va !

Jardinier connecté !

Et en plus, faut aussi communiquer sur les réseaux pour faire savoir que vous existez.

Petit à petit, vous voilà partis vers un métier complémentaire mais sans personnel en plus… A oui, parce qu’on n’avait pas prévu d’y consacrer du temps, ou de l’argent !

Il sera bientôt indispensable de trouver des vendeurs en pépinière ou en jardinerie avec leur tablette à la main.

Et on dit merci qui ? Merci la Covid de nous précipiter sans gants vers la digitalisation obligatoire de nos marchés.

Ah oui, juste un truc, si on veut limiter le temps et les coûts d’utilisation de tous ces outils, le mieux serait encore de mutualiser nos moyens, mais pour ça, faut s’entendre avec le voisin…

Roland Motte… Jardinier !

 

Nos vendeurs sont équipés de tablettes ou de smartphones ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *