#pommedeterre #agriculture #patate #jardin #potager #rayonjardin #plantpotager #fleur #pepiniere

Conséquence un peu inattendue de cette crise sanitaire, c’est la consommation de frites en baisse.

Vous allez sans doute me dire que c’est quand même le dernier des problèmes, savoir si on prend plus ou moins de cornets de frites et qu’on remplace les nouilles par la patate !

Hé ben si, ça fait même parler jusque dans les rayons plantes à massif et plants potagers de nos points de vente jardin.

A ce stade de la lecture, il est temps d’entrer dans le vif de l’enquête pour éviter de vous voir migrer vers l’article suivant.

Et rassurez-vous, le problème est assez simple. Avec la fermeture des restaurants, et en particulier des fastfoods, la frite, principale utilisation de la pomme de terre, n’est plus consommée par nos concitoyens.

Et au supermarché, ces derniers préfèrent se précipiter sur les nouilles. Nous n’avons pas, dans les chiffres diffusés au sujet de la consommation, remarqué un engouement sur le rayon pomme de terre ou frites surgelées. Pas de rupture !

Premier constat, si l’on consomme la frite à l’extérieur, nous ne sommes pas très chauds pour la consommer à la maison. La cuisine de la pomme de terre ne correspond plus aux critères de notre société. Il faut la cultiver ou aller la chercher, l’éplucher, la couper, la faire frire… Alors que la nouille est plus cool, on la jette dans l’eau et c’est fini.

Mais alors qui va encore cultiver des patates dans son potager si même les agriculteurs spécialisés ont du mal ? Réponse : de moins en moins de monde !

Le jardinier amateur, s’il en a besoin, ne s’embête plus avec cette culture compliquée, et en plus, y’a des doryphores !

Au fil des saisons, les sacs de 10 kilos ont laissé la place à des clayettes de 125 plants, puis à des packagings de 10 plants.

Et le reste du potager alors. Deux ou trois coups de fils dans la profession me permettent d’élaborer un sondage maison qui nous vient de la distribution. Et en plus, ça rime…

En 5 ans, le rayon des plantes à massif a perdu entre 5 et 10% de CA et dans le même temps, le potager a progressé de +20% environ. Pour la pépinière et les autres végétaux, l’augmentation est supérieure à 5%.

Ces chiffres sont bien-sûr approximatifs, ils sont issus de quelques apéros entre amis, soyez, par conséquent, indulgents quant à la précision de ces données…

Pendant le confinement, si l’on remarque toujours une progression majoritairement constatée pour la pépinière, les progressions s’inversent entre les fleurs et les plants potagers.

Les fleurs sont plutôt à -30, les potagers à +30. La tendance va-t-elle durer, that is the question ?

Les novices qui ont découvert le plaisir du potager pendant le confinement, vont se heurter à la canicule et la complexité des arrosages, aux limaces et autres pucerons qui viendront ternir les récoltes. Seront-ils prêts à supporter les contraintes, nous le saurons dans un an.

Mais ces grandes lignes sont significatives.

Les jardiniers amateurs, voire très amateurs, sont plus intéressés par le goût que par la vue. Le potager prend le pas sur la fleur.

En terme de marge, ce n’est pas la même chanson puisque la rentabilité du potager au mètre linéaire semble nettement plus réduite.

Pour l’an prochain, nos distributeurs et nos producteurs vont sans doute aller dans ce sens en augmentant les petits fruits, les aromatiques et les légumes au détriment des plantes à massif.

Les catalogues vont sans doute s’adapter et les gammes s’élargir pour coller à l’offre.

Et pour les pommes de terre, les solutions envisagées avec la purée, les usines d’amidon ou les dons des invendus à des associations caritatives ne vont pas satisfaire les producteurs qui perdront pas mal de plumes dans cette galère.

Et pour nos clayettes, au prix de la patate sur les étals, sera-t-il encore intéressant d’en cultiver ?

Encore une famille végétale qui pourrait s’amenuiser dans nos rayons…

Bon ben, si vous avez des chiffres pour compléter ce tableau, ils seront les bienvenus…

A bientôt pour lire vos commentaires !

Roland Motte… Jardinier !

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *