#paysage #jardin #guideconsojardin #unep #paysali #iscj #jardinier #espacesverts #paysagiste

Déjà avant la Covid, les entreprises du paysage ne savaient plus où donner du sécateur pour venir en aide aux particuliers désireux de profiter de leur jardin. Mais après les différents confinements, la situation est grave !!! Tout le monde ou presque veut refaire son jardin… Problème de riches ?

Déjà avant

Déjà par rapport à 2019 et 2020, la situation était déjà bonne ! N’ayons pas peur des mots. Les chiffres donnés par l’UNEP (Union Nationale des Entreprises du Paysage) indiquaient une évolution de + 6%. Et lorsqu’on regarde les bons de commandes de quelques entreprises, on peut se dire que tout va bien puisqu’il faut attendre entre 6 mois et un an avant d’avoir enfin le camion garé devant la porte pour commencer les travaux.

Et pourquoi donc ce regain d’intérêt pour le jardin ?

La réponse est simple, le confinement a provoqué l’ouverture des yeux, des oreilles et d’un peu tous les sens chez nos compatriotes qui ont enfin découvert qu’ils avaient un jardin. Pourquoi, alors, ne pas profiter de cet espace extérieur ? Le cocon vert est devenu depuis deux ans un havre de paix, un espace clos, loin des agressions et des virus du monde extérieur.

Alors profitons-en, nettoyons-le, embellissons-le et entretenons-le jusqu’à plus soif !

Un marché particulier !

Auparavant, le marché reposait quand même sur les espaces verts, sur les collectivités et sur les entretiens de grands espaces. La création et l’aménagement des jardins des particuliers passaient au second plan. Aujourd’hui, ce sont ces mêmes particuliers, vous et moi, qui allons toquer à la porte des paysagistes pour avoir des réponses à nos questions, et de l’aide pour embellir au mieux ce jardin devenu si important en quelques mois.

Il faut dire que le jardin a le vent en poupe, et les communications, les photos, les jardins remarquables… Tout cela nous donne envie de rêver et d’avoir la même ambiance à la maison. Les paysagistes les plus avancés sur le sujet ont investi dans un jardin d’expo qui contribue encore un peu plus au rêve des clients.

Et pour aller au bout du rêve, nous attendons de ce jardin qu’il soit un espace de repos et de bien-être. Le seul bémol à cela, c’est l’entretien. Aujourd’hui, l’accompagnement est devenu aussi important que la création.

Inutile de proposer du végétal dans un jardin si vous ne pouvez pas assurer le SAV, la garantie, la taille et le suivi des végétaux au fil des saisons.

Le contrat d’entretien qu’on appellera demain « l’abonnement », devient obligatoire pour des jardins sans contraintes !

A l’aide

Vous l’aurez compris, le succès est en marche chez les entreprises du paysage. Les problèmes liés à cette croissance apparaissent comme de vraies préoccupations de riches.

Une fois les approvisionnements de bois ou de matières premières réglés d’ici quelques mois, il faudra gérer une autre pénurie, celle de la main d’œuvre. Le paysage aura rapidement besoin de bras, et de jeunes bras pour aider à finaliser toutes les demandes. Et là, il y a matière à communiquer… Si les Millennials (moins de 30 ans) souhaitent tous ou presque travailler dans la nature (68%) et la protection de l’environnement (81%), ils sont peu nombreux à connaitre les métiers du paysage.

L’Unep a interrogé des Millennials en 2021, 37% d’entre eux jugent ces métiers trop techniques ou trop pénibles.

La communication via Instagram ou Tik Tok pourrait permettre de donner une image positive de nos professions. Nous avons su faire rêver les clients, va falloir penser à nos futurs salariés !

Les goûts et les couleurs…

Pour mieux comprendre la psychologie de l’un et de l’autre au travers des jardins, des outils existent. C’est le cas du Carnet de Tendance de l’ISCJ (Institut des Sens et de la Couleur au Jardin) qui fait travailler ses tendanceurs afin de se positionner au plus près des attentes de tout ce monde.

Les jardins doivent donner de l’envie. Envie de s’y promener, envie de s’y reposer, de changer d’air, mais aussi une envie d’y travailler !

Séduire ! Voilà la mission de nos communicants ! Et ça commence dès aujourd’hui pour trouver les paysagistes de demain.

On en parle le jeudi 21 octobre, lors de la rencontre des adhérents de l’Institut des Sens et de la Couleur au Jardin avec une conférence sur le Guide du Consommateur Jardin Post Covid… Tout un programme !

Roland Motte… jardinier !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *