#lautre #lemondedapres #jardin #jardinier #jardiniere #jardinerie #rayonjardin #paysagiste #hortivculture #horticulteur

 

En début de confinement, je vous donnais des nouvelles de l’autre.

L’autre, c’est celui qui ne fait pas comme nous, c’est, en gros, celui qui ne partage pas mon avis, et croyez-moi, nous sommes très nombreux à partager cet avis pour celui qui n’est pas de mon avis !

Et alors que fleurissent des milliers d’articles et de prévisions sur le monde de demain, il est temps de se demander ce que l’autre en pense ?

Les changements

D’abord un constat. Quelles pourraient être les habitudes prises pendant ce confinement et qui pourraient durer ?

Lorsqu’on suit les chiffres annoncés dans les sondages et les retours des différentes enseignes, on se rend compte que la commande via les sites en ligne et les livraisons à domicile ont explosé. Il en est de même pour le « clic & collect ». Bon, c’est logique, en cette période troublée, plus on évite les contacts et mieux on se porte. Mais la facilité du geste pourrait durer.

Même chez les petits commerçants comme les fleuristes ou les horticulteurs indépendants, l’habitude a été prise de livrer à domicile suite aux commandes reçues par mail. Ce coup d’accélérateur va s’amplifier et nous allons développer le lien internet avec nos clients.

Un engouement prononcé pour le jardin

Quitte à tourner en rond dans la maison, autant aller dans le jardin. Pour certains d’entre nous, ce fut une découverte ! Comment avions-nous pu oublier d’ouvrir la porte du jardin pendant tant d’années ? Le manque de temps peut-être. Mais cette gestion différente des heures libres a permis de redécouvrir les fleurs et les petits oiseaux. Quelques-uns, sont allés encore plus loin avec la création d’un potager, histoire de mieux manger !

La gestion des carrés de légumes ne durera peut-être pas, et en fonction des récoltes en fin d’été, une partie des candidats pourraient bien laisser tomber l’affaire. Mais une chose est sure, l’attention portée au jardin et à la nature se renforce, pour le bonheur de nos métiers.

Et aussi…

La consommation locale, les visio-conférences, le télétravail, un regard pointu sur les étiquettes pour connaître avec précision la composition des produits, la provenance bien-sûr, les valeurs développées par les marques…

Tout cela reste à confirmer, mais le temps disponible pendant cette période a permis de conforter plus rapidement les quelques tendances qui pointaient le bout de leur nez avant la crise.

Chacun de ces changements entraine avec lui ses conséquences comme la psychologie et le management à organiser lorsqu’on parle de télétravail. Nous allons devoir nous réinventer en fonction de la confirmation ou non de ces constats. Affaire à suivre…

Et l’autre alors ?

Bien sûr, dans ce monde de demain, nous souhaitons aussi une relocalisation des industries, une politique de santé parfaite et accessible à tous. Des produits locaux à des prix raisonnables. Et bien-sûr, une prise en compte réelle du développement durable et de la protection de l’environnement.

Nous avons tous un truc qui doit changer dans le monde d’après, mais le changement de l’autre ne correspond pas forcément au mien.

Et l’autre est déjà en train de faire pression sur les autres. L’autre, c’est celui qui râle pour moins de pollution et qui jette son masque dans la nature. L’autre, c’est celui qui prône le local mais qui achète au moins cher sans se soucier de la provenance. L’autre, c’est celui qui veut moins d’impôts mais plus d’aide de l’état. L’autre, c’est celui qui demande plus de liberté, moins d’interdiction mais plus de sanction pour les autres.

Y’en a marre des autres, mais bon, si l’autre se réfugie dans son jardin pour fuir le monde de demain que nous laissent les autres, on va pas lui en vouloir !

 

Roland Motte… Jardinier !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *