#teletravail #jardin #distances #stayathome #distribution #jardinerie #jardinier #rayonjardin #producteurvegetal #paysagiste #ayonjardin

 

Après 3 mois sans sortir de la maison, après 3 mois sans bouger et à trouver un autre rythme, les habitudes changent. C’est même le temps des grandes décisions… Bonnes ou mauvaises.

Les débuts

Et dans ces grandes décisions, il y a le télétravail. Un truc auquel nous n’avions pas pensé auparavant. Dans le monde d’avant le 16 mars 2020, le patron pensait que le télétravail allait l’empêcher de contrôler les activités des uns et des autres. Le salarié, lui, pris dans ses habitudes, avait oublié qu’on pouvait s’octroyer au moins le droit de demander cette option. Et petit à petit, avec le confinement, la solution est devenue logique pour tout le monde. D’un côté, les salariés économisent le transport, perdent une partie de leur stress et s’activent beaucoup plus à la maison. De l’autre, le boss se dit qu’il peut réduire la taille des bureaux et s’organiser beaucoup plus efficacement… Au final, tout le monde est gagnant, y compris la productivité !

Pas pour tous !

Bon, ça c’est facile dans les bureaux, mais dans la distribution jardin, dans le paysage et dans la production, pas moyen d’apporter ses devoirs à la maison. Le magasin est toujours le lieu de rdv des clients. Impossible d’apporter un chantier de jardin dans sa cour. Pas cohérent non plus de cultiver les géraniums dans son garage. Il y a des métiers où le télétravail n’a pas beaucoup d’emprise.

C’est ainsi, nous avons un métier terre à terre et proche du terrain, et nous devons nous rendre dans l’exploitation ou sur le point de vente.

Et la plupart d’entre nous en ont éprouvé une satisfaction. Oui, je vous l’accorde, c’est génial le télétravail, mais… Loin des yeux loin du cœur. Et ce n’est pas les deux ou trois réunions en Visio qui changent grand-chose. Certains ont vécu difficilement l’absence de l’entreprise.

Motivation ?

Le sondage de ChoosemyCompagny auprès de 10 000 salariés dans 200 sociétés est éloquent. La motivation de ces sondés est tombée de 72% à 64% en deux mois, juste avec la pratique du télétravail.

La peur de ne plus évoluer, de ne pas être au courant des changements dans l’entreprise… Tout cela entraine des doutes et un vrai manque de reconnaissance de la part des employés qui ont répondu à ce sondage.

Même si tout n’est pas rose, nous aimons quand même bien savoir que notre travail est apprécié de la direction. Et à domicile, plus moyen de se croiser dans les couloirs pour en parler.

De là à en déduire que nous avons de la chance de travailler dans le végétal, il n’y aura qu’un pas que je vous laisserai franchir !

En fonction du profil !

Le télétravail crée des différences entre ceux qui peuvent le pratiquer et ceux qui n’auront jamais cette possibilité. Mais surtout, le télétravail impose une nouvelle forme de management. La motivation sera variable et dépendra du profil de chacun d’entre nous. Impossible pour les plus extravertis de se retrouver seuls entre ses 4 murs. Pour eux, la solitude est un poids qui pourrait bien leur couter leur place. Tout comme pour les introvertis devenus vendeurs et obligés de supporter la relation client permanente alors qu’ils aimeraient de temps en temps travailler entre 4 murs…

La vie est donc mal faite ? A moins qu’il s’agisse de nos choix pas toujours bien adaptés à notre profil ?

Restons au jardin !

Et au-delà de ces considérations personnelles, un autre danger nous guette. S’il est possible de travailler depuis la maison, il est donc possible de travailler en dehors des murs de l’entreprise… C’est logique ! Mais il n’est pas encore précisé le périmètre. A 5 000 kilomètres, c’est toujours du télétravail ? A 10 000 aussi ? Des petits malins pourraient bien en profiter pour faire faire des tâches en dehors de nos frontières, là où les charges sont moins élevées. C’est déjà le cas pour pas mal de centres téléphoniques.

A ce stade de la réflexion, et sans tomber dans un pessimisme malfaisant, on se dit quand même qu’on est bien dans le jardin. Ben oui. Nous avons choisi un métier « sur-mesure » et surtout « sur place ». Le télétravail n’est malheureusement souvent pas applicable dans nos professions. C’est peut-être pas plus mal vous ne trouvez pas ?

 

Roland Motte… Jardinier !

 

Pratiquez-vous le télétravail dans l'entreprise ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *