#innovation #france #ompi #jardin #ia #connecté #RetD #jardinerie #paysage #rayonjardin

 

L’innovation est la base du succès d’une entreprise. Se remettre en cause, changer les codes, bousculer les idées… Comment faire pour surprendre toujours nos clients ? A priori, en France, on a la solution !

Cocorico

On n’est pas les meilleurs, mais pas loin ! Au classement mondial de l’OMPI, l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle. Habituellement pour gratter une petite place, il faut faire feu de tout bois. Hé ben nous, la France, ce n’est pas une place de gagner mais 4. Nous passons en 2020 de la 16ème à la 12ème place !

Que les pisse-froids se rassurent, nous avons encore du retard sur la Suisse qui termine première, la Suède seconde et les USA troisième. Mais quand même, cette remontée improbable a une explication d’après les experts en la matière.

La France a remué ses fesses pour soutenir l’innovation, et le travail commence à payer. Les capacités de recherche et les infrastructures de notre pays sont aussi en plein essor, alors, ne boudons pas ce succès !

Le retour !

Bon d’accord, 4 places, c’est balaise. Mais en 2019, nous n’étions que 16ème, et là, le monde de la critique s’enflammait en regardant avec amertume ces investissements à fond perdus. D’autres remettaient en cause le ciblage françaisconsidéré beaucoup trop technique en oubliant les véritables aspects de l’innovation environnementale, sociale et économique.

Un an plus tard, on peut faire l’éloge de nos services ‘Recherche et Développement’ qui commencent à sortir la tête de l’eau. Mine de rien, la R&D, c’est quand même ce qui positionne une entreprise, mais aussi un pays tout entier !

R et D… Tellement facile !

Patron de la R&D, c’est pas simple… Il y a mille contraintes à prendre en compte !

Pensez-donc, l’entreprise est tenue d’innover pour se faire repérer par ses clients, pour garder son rôle de leader ou pour venir grignoter des parts de marché. Trouver de nouvelles idées, c’est simple… Encore faut-il prendre en compte tous les éléments. Le produit nouveau doit être utile, pratique et du meilleur rapport qualité/prix. Il doit tenir compte de la stratégie de l’entreprise en étant attractif pour ses clients. Il tient aussi compte des contraintes environnementales… Et enfin, si vous trouvez la perle rare, il est temps de vous remettre au boulot puisque vos concurrents sont en train de copier l’idée… Et ainsi de suite.

Et dans nos petites structures du jardin, la R&D se fait le soir, à l’apéro. Le chef d’entreprise qui est aussi comptable, gestionnaire, manager, s’occupe de la R&D lorsqu’il a fini son travail de commercial. Ben oui, mieux vaut être gros et bien portant plutôt que petit et jardinier !

Fou fou fou

Alors c’est sûr, les innovations qui arrivent ici ou là dans le monde depuis quelques temps sont un peu folles et sortent de notre logique. L’intelligence artificielle va faire des miracles autant dans la santé que dans la psychologie… La 5G décriée est capable de nous apporter peut-être le pire, mais aussi le meilleur avec les voitures connectées et autonomes, par exemple.

Les réseaux sociaux vont aussi nous surprendre, TikTok en tête, avec des applications pour nous initier aux « deepfake ». Tout le monde pourra ainsi inventer de fausses vidéos plus vraies que vraies en faisant dire n’importe quoi à n’importe qui… Ca promet !

La suprématie quantique repousse déjà les limites du possible. En quelques secondes, un ordinateur sera capable de faire des calculs programmés sur des centaines d’années avec une calculette. On n’imagine même pas les retombées d’un tel outil !

Et le jardin alors ???

Face à ces avancées, nous les jardiniers, pourrions passer pour de pauvres attardés en train de contempler une bêche avec un manche incassable comme si nous tenions là le Graal !

Et bien au risque de vous décevoir, il n’en est rien. Certes, nous n’avons pas encore de suprématie quantique pour calculer la rentabilité à long terme d’un rayon plante verte, mais les plus « fous » d’entre nous avancent et prennent les risques de l’innovation. Bientôt, le casque virtuel pour visiter un jardin ou proposer un projet deviendra la norme dans le paysage. Chacun d’entre nous pourra créer son espace avec ses couleurs et ses formes préférées sans rien connaître en botanique.

La plante connectée, considérée comme un gadget sans intérêt pourrait devenir la norme et rassurer bon nombre de jardiniers amateurs.

Les capteurs de lumière, d’humidité, de pH, de croissance vont nous permettre progressivement de gérer nos espaces verts via le smartphone. La création de nouvelles plantes et de nouveaux légumes mieux adaptés aux conditions climatiques et aux besoins des clients, ça aussi c’est de la découverte.

Dans ce monde fou et difficilement contrôlable, la vraie innovation, ça sera peut-être d’avoir un jardin, histoire de se ressourcer avant d’affronter les réalités d’un monde en perpétuel mouvement !

 

Roland Motte … Jardinier !

 

 

 

 

La recherche et développement, vous en parlez dans l'entreprise ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *