#oms, #figaro, #jardin, #jardinier, #jardiniere, #rayonjardin, #jardinerie, #sucresale, #mangerbouger, #obesite

Ça va les potos ? La forme ? Oui ? Hé ben tant mieux, c’est que vous entretenez votre corps ! Ce n’est pas le cas des ados dans le monde qui ne bougent pas assez.

D’après une enquête de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) relayée par le Figaro, le niveau d’activité physique des ados pose problème, entrainant un développement important de l’obésité.

146 pays ont répondu à ce questionnaire qui concerne 1,6 millions d’élève de 11 à 17 ans. C’est pourtant simple, il nous faut juste une heure d’activité physique par jour pour limiter considérablement le risque de maladies. Une heure, c’est quand même pas grand-chose !

Et pourtant…

Les ados restent en moyenne 4 heures par jour devant internet et les réseaux sociaux, les jeux vidéo sont plus excitants que la réalité, c’est pas toi qui court et qui prend les risques dans un jeu vidéo, c’est plus cool !

Plus ennuyeux encore, les moyens de déplacement sont nombreux et même ludiques avec les trottinettes électriques, alors pourquoi donc marcher ? D’autant qu’en cas de problème, vous aurez bien un parent pour vous déposer devant la porte de l’école.

Et le sport me direz-vous ? Hé ben ça laisse à désirer !

La concurrence est forte dans les loisirs, et le sport peut passer comme contraignant à côté des nombreuses possibilités d’activités sédentaires.

Bon, là, c’est les gamins, mais c’est pas mieux pour les adultes coincés dans leur voiture ou le siège de leur bureau. Les dépenses caloriques ne sont pas légion dans la journée.

Pour l’avenir, l’OMS s’est fixé un objectif de faire progresser l’activité physique dans le monde de 15% entre 2018 et 2030. Le site www.mangerbouger.fr vous donne quelques pistes sans avoir oublié au passage de nous indiquer que le manque d’activité physique est le 4ème facteur de risque de mortalité au niveau mondial.

Le sujet est donc pris très au sérieux par nos dirigeants qui commencent à comptabiliser les dépenses de santé que pourrait engendrer un accroissement de cette situation si rien n’est fait.

Dans les mois et les années à venir, l’incitation au sport ou à l’activité physique va encore se développer. Les fonds de tiroir pourront aider à financer des actions en faveur du mouvement. Évidemment, les industriels sucrés-salés continueront à nous vendre leurs produits alimentaires bien gras et bien chargés en calories pour nous tirer quelque argent, mais de l’autre côté, le discours sur une nourriture équilibrée et une activité physique renforcée va faire mouche à tous les coups.

Jardinières et jardiniers de tous bords, vous allez avoir un rôle important à jouer dans cette lutte contre la malbouffe. On connait l’efficacité du jardin, d’abord pour l’activité physique proposée. Le jardin peut se pratiquer à tous les âges, entre toutes les générations et sans besoin démesuré de moyens.

La récolte, s’il en est, permet aussi de manger plus équilibré avec des produits sains issus de MON jardin ! C’est aussi une économie non négligeable si vous pratiquez le potager de façon assidue.

Demain, la pratique du jardinage sera-t-elle inscrite sur les ordonnances des toubibs ? Sera-t-elle remboursée par la sécurité sociale ? Bon, c’est pas sûr, mais nul doute qu’une communication adaptée à cette nouvelle donne fera mouche dans l’esprit des consommateurs confrontés à ce problème de manque d’activité grandissant.

Roland Motte… Jardinier !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *