#exode #campagne #jardin #paysagite #creationjardin #jardinier #jardinerie #rayonjardin

 

Les paysagistes ne me contrediront peut-être pas, mais depuis ce printemps 2020, et pour certains bien avant, le carnet de commandes est plutôt bien rempli ! La volonté des Français de profiter de leur jardin explose encore plus avec la crise sanitaire que nous traversons !

Campagne

Alors bien-sûr, si l’on regarde tout cela par le petit bout de la lorgnette, on se dit que le confinement a provoqué l’exode. Mais si l’on regarde de plus près, on se rend compte que le phénomène n’est pas nouveau. Voilà un bon bout de temps que les gens des villes cherchent refuge à la campagne. Faut les comprendre ! L’air y parait plus sain, le métro est nettement moins bondé, d’autant qu’il n’y a pas de métro. Et si par hasard on trouve 12 voitures les unes derrière les autres sur la route, il s’agit sans doute d’un mariage, jamais d’un bouchon.

A la campagne, il y a de l’espace et le temps s’écoule plus lentement ! Voilà bien deux choses primordiales aujourd’hui : le temps et l’espace ! Et si l’on ajoute la proximité de la nature, de l’herbe, de la forêt, du jardin… Tout cela devrait suffire pour notre quête du bonheur !

Alors bien-sûr, ce n’est pas la majorité, mais quand même. Ceux qui avaient encore un doute ont définitivement tranché pendant le confinement. Il faut dire qu’à 4 dans 60 mètres carrés, ça calme !

Franco français

Ben non, y’a pas qu’en France qu’on rencontre ce phénomène. Partout sur la planète, le monde des villes est touché par cette volonté de départ. On est mieux près des champs que sur les Champs … Elysées ! L’agence « Je quitte Paris » connait un succès fou depuis 3 ans. Son but : aider les parisiens à partir un peu plus loin, à la campagne ! Dans un récent sondage, on apprend que 38 % des personnes interrogées voulaient partir “le plus vite possible” en février 2020, elles étaient 54 % en mai. La motivation principale de cette envie de quitter la ville, c’est bien le plaisir et le besoin de retrouver des arbres, des plantes, des petites fleurs et des oiseaux.

Le jardin qui est un concentré de nature sur l’arrière de la maison est donc bien plus qu’un simple espace vert. Il est un lieu de vie, et même de survie dont les citadins ont besoin. C’est même devenu leur priorité si l’on en croit ces chiffres. Jamais un marché n’aura autant bénéficié d’une image aussi positive pendant et après une crise. Reste à savoir si nos concitoyens transformeront l’essai et reste à savoir si, les gens du jardin, nous saurons leur vendre le rêve qu’ils attendent ?

Télétravail

L’interdiction de se réunir a du bon dans l’histoire. D’après l’étude du promoteur Capelli, 17 % des sondés estiment que la proximité du logement avec leur lieu de travail n’est plus un élément très important. Et le télétravail risque de renforcer encore cette impression. En clair, il est facile de se taper 3 heures de TGV une fois par semaine pour deux jours au siège de la boite. Le reste du temps se passe à la maison, au milieu de son jardin. Le gain de temps et d’argent semble évident pour tout le monde.

Pour l’entreprise, c’est moins de locaux à louer, moins de salle de réunion, plus de souplesse dans l’organisation au quotidien. Pour le salarié, c’est moins de temps dans les transports, moins de frais et plus de concentration à la maison. Une fois un temps d’adaptation passé, chacun pourra organiser ses horaires pour apporter encore plus d’efficacité à l’un comme à l’autre.

Pour ou contre ?

Les pours ne sont plus à convaincre. Ils se sont rendus compte de l’intérêt de la campagne avec ses prix moins chers. Les relations humaines sont plus posées, plus calmes. Le stress diminue et pour ce qui est des approvisionnements, rassurez-vous, avec le développement du E-commerce, même dans le trou … du monde, vous pouvez vous payer les dernières fringues à la mode qui seront livrées par camionnette en attendant la visite des drones.

Les contres se diront qu’il s’agit d’un mauvais moment à passer, mais qu’ensuite, chacun regagnera la ville plus sûr et plus dynamique. Le citadin peut bien se rendre à la campagne, mais il ne comprendra jamais le chant du coq et le bruit des tracteurs, alors il reviendra inévitablement dans sa ville pour respirer le parfum des gaz en tout genre.

Mais qu’on soit en ville ou en campagne, il n’y a qu’un seul gagnant, c’est le jardin ! Même en pleine ville, on peut et on veut se payer un coin de campagne à côté de la maison. Le jardin, c’est ça le luxe de demain, à nous de savoir le sublimer.

Le jardin est l’un des gagnants de cet épisode sanitaire compliqué… Patience, ça va tomber !

 

Roland Motte… Jardinier !

Plutôt ville ou plutôt campagne ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *