#distribution #venteenligne #confinement #internet #jardin #jardinerie #gsa #gsb #rayonjardin #online #productionfrancaise

Les plus optimistes prédisaient une mort certaine aux hypers dans les années à venir… Trop gros, trop loin du client, modèle dépassé… Ben oui, mais non, les ventes en ligne ont relancé la machine, la faute à qui donc ? La faute aux habitudes prises pendant le confinement, et ces habitudes semblent perdurer !!!

Explosion !

Avant le confinement, souvenez-vous, les études venues du monde entier montraient une baisse significative des achats en hyper. Plus le point de vente était gros, et plus le consommateur changeait de crémerie en privilégiant la proximité, la relation humaine et la simplicité. Certes, c’est toujours le cas, mais le confinement est passé par là.

La peur de la Covid nous a incité et nous incite encore à commander nos produits de première nécessité sur le net. D’après l’étude de Kantar à l’occasion de son Consumer Day 2020, ce fameux E-commerce a gagné 3 ans de développement en quelques mois.

Les plus réticents se sont laissés séduire et semblent décidés à continuer de commander sur Internet. Les circuits alimentaires étaient prêts, et les clients ne se sont pas gênés pour acheter en ligne. 40% des clients ont pris l’habitude de commander sur le site de leur choix. Si on y regarde de plus près, c’est 10% des familles qui n’étaient pas clients en ligne qui le sont devenus ! Autant de nouveaux consommateurs… Ils avaient délaissé les hypers, ils reviennent par la porte du net.

Ça c’est pour la bouffe, mais pour le textile, c’est pareil. Nike, Kiabi et Galerie Lafayette font partie des grands gagnants. Le pire… Ou le mieux, c’est qu’à aujourd’hui, alors que nous semblons vivre avec cette crise sanitaire, les habitudes ne changent pas.

Au final, nous nous accoutumons à ces achats en ligne et les réticences d’avant Covid semblent levées.

BtoBtoC

En 2019, 14,1% de l’ensemble des ventes au détail au niveau mondial s’accomplissait en ligne et les répondants àl’enquête menée par Salesforce estiment que le chiffre sera de 22 % en 2023. Qu’il s’agisse de BtoB ou de BtoC, les chiffres explosent. Cette impossibilité de se déplacer à bousculer les choses et nous a incité à utiliser les sites internet. Les vieilles réticences comme le plaisir de toucher les produits ou la peur de donner ses coordonnées bancaires ont été balayés par l’obligation de rester à la maison. Entre deux maux, nous avons choisi le moins dangereux. Mais cette habitude semble rester en place. Après tout, c’est quand même plus simple de commander ses courses depuis le salon à n’importe quelle heure. Cette situation redessine complètement le commerce. Nous n’allons pas, d’un coup, basculer dans un autre monde. Mais quand même, le commerce physique devra être encore plus performant, plus séduisant. Les vendeurs devront être encore plus présents pour les clients, et parallèlement, il conviendra d’avoir un site internet irréprochable. Le magasin deviendra un lieu d’expo rempli de séduction, et si vous avez su draguer le client, il commandera ensuite via le net. Bon… En résumé, votre site internet se doit d’être performant… Et vite !

Bricoligne

Si vous aviez un doute, dans les loisirs et les activités maison, nous avons explosé. Vous êtes sans doute au courant, mais ce printemps est fou. Déjà l’an dernier c’était la ruée vers les plantes et les terreaux, cette année, d’après les premières remontées du terrain, c’est encore pire. Les situations se tendent et ont des conséquences sur notre fonctionnement. Que vous soyez un professionnel du jardin ou du bricolage, les conditions ont changé. Le temps disponible pour quelques activités annexes a disparu. Aujourd’hui, nous sommes sur le pont, plus le temps de faire un footing ou de mettre à jour sa collection de timbres-poste… La priorité, c’est les clients. Et il y en a de plus en plus. Dans le dernier baromètre du cabinet Foxintelligence, le bricolage et le jardinage étaient annoncés avec une progression de 120% l’an dernier. Ne me demandez pas les détails de ces 120%, je vous laisse découvrir cela. Mais rassurez-vous, inutile d’avoir des chiffres, on voit la progression avec une fréquentation de ouf, un manque de plantes sur toute l’Europe et des CA jamais atteints. Notre vrai problème, c’est de concilier la vente en ligne et la vente physique.

Plantés !

Des chiffres multipliés par 3, des progressions de 400%, des sites fermés pour cause de trop plein de commandes… Nous avions bien prévu de vendre des plantes sur Internet, mais uniquement pour le fun. Nos producteurs les plus ouverts avaient créé un site internet histoire de rester branchés, histoire de donner des nouvelles mais sans trop y croire. Aujourd’hui, force est de constater que le commerce des plantes s’installe Online. Votre production se doit d’être sur le net pour espérer des sorties régulières, et ce n’est qu’un début. Comment ce nouveau canal prendra forme ? Allons-nous passer par les gros faiseurs que sont Promesse de Fleurs, Bergamotte et autres Willemse ? Allons-nous confier notre production aux distributeurs jardin très présents sur la toile ? Développerons-nous notre propre site de vente en ligne en acceptant les investissements qui vont avec ? Ces questions restent en suspens, mais il est maintenant l’heure de prendre une décision. C’est devenu un fait, les plantes vont continuer de se vendre via les canaux virtuels et nous ne pouvons plus ignorer ce nouveau mode de distribution !

 

Roland Motte… Jardinier !

 

La vente de plante en ligne ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *