#jardin, #jardinage, #bricozor, #bricolage, #jardin, #rayonjardin, #jardinerie, #jardiniere, #jardinier

Les vacances, c’est toujours l’occasion de ne rien faire, ou d’en faire de trop. C’est selon… Les traditionnellement actifs ne pensent qu’à une chose, se reposer, et les autres en profitent pour se dire qu’ils doivent consacrer leurs vacances à des activités physiques.

Le corps, c’est comme la voiture, ça s’entretient au quotidien, et notre société plutôt sédentaire, coincée qu’elle est devant ses écrans, se dit qu’il faut quand même se bouger les fesses.

L’activité physique devient vitale, il suffit de lire les conseils dans les sites et les magazines de santé pour comprendre que c’est LA préoccupation du moment.

Mais quelle activité ?

Le site www.bricozor.fr s’est fendu d’une enquête au printemps pour connaître les activités avec la meilleure cote chez nos concitoyens.

En plus ça ne rigole pas puisque plus de 16 000 personnes ont répondu à cette enquête.

Évidemment, si je vous en parle, c’est tout simplement parce que le jardinage et le bricolage arrivent en tête du classement devant le sport ou la musique.

Dans le jardinage ou le bricolage, il y a tout ! Le bien-être, la réflexion, l’utilité, l’activité physique… Ces deux « sports » peuvent se pratiquer en famille quelle que soit la génération.

Ah ben oui, pas facile pour un papy de proposer un marathon avec les enfants et les petits enfants, alors que le jardin, c’est cool pour tous !

Pendant ces vacances, beaucoup d’entre vous vont pratiquer l’une de ces deux activités. Voilà pourquoi, dans les points de vente bricolage, l’été est aussi une grosse saison remplie de promotions et de communications en tout genre !

Nous n’avons pas encore saisi cette opportunité dans les jardineries, ça viendra… Le printemps pourra durer jusqu’en septembre !

Mais cette perception d’un jardin « sportif », « ludique » et « convivial » et pratiqué en période estivale peut faire bouger les lignes de nos communications.

Nous avons longtemps cru, sans doute à juste titre, que le jardin était un ensemble de produits et de plantes qui, associés, formaient un espace sympathique. Fort de ce constat, nous avons donc mis en avant les produits pour que les jardiniers assemblent le tout et se créent des espaces de vie.

Ça, c’était avant. Aujourd’hui, peut-être devons-nous partir totalement à l’inverse de cette logique ?

D’abord, il n’y a plus de jardinier, cette science qui consiste à connaître les secrets de la nature et des plantes est réservée à un minimum d’entre nous. Le grand public se sent bien dans un jardin mais n’y connait rien. Si tu as de l’argent, tu fais bosser un paysagiste, si tu n’en a pas, tu installes un carré potager dans le meilleur des cas, et tu laisses mourir un Phalaenospsis sur un coin de table pour les autres.

L’intérêt du jardin, ce n’est plus les produits, mais la solution qu’il nous laisse entrevoir : le bien-être, la condition physique, le bien manger, le bien respirer, le bien vivre. Le produit lié au jardin n’a plus sa place dans les communications, ce qui compte, ce sont les solutions.

Ne parlons plus de potager, parlons de ratatouille. Ne parlons plus de salon de jardin ou de barbecue, mais de convivialité. Ne parlons plus d’outils, mais d’exercice physique adapté à notre environnement.

La communication autour du jardin passe par les solutions, les ambiances et les résultats… Les produits, c’est fini, mon ami !

Roland Motte… Jardinier !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *